accueil > Les actions > Actions de terrain > Les enfants de la mémoire

LES ENFANTS DE LA MÉMOIRE

Date : 06/10/2008 Région : Grand Sud Est / Thème : Mémoire (transmission de) / Public : Jeunes - Adultes

Un projet de film impliquant des jeunes sur la mémoire des combattants nord africains se heurte à de multiples méandres mais aboutit au final à créer un temps de débat exceptionnel. Cela s'est passé au Chambon Feugerolles dans la Loire.

Contexte et origine du projet

A l'origine (printemps 2004), une sociologue et historienne, Leïla Bencharif, qui veut tourner un film sur le rôle joué par les africains du nord lors de la 2° guerre mondial, un éducateur du Chambon, Rachid Guecham qui travaille avec des jeunes d'origine modeste et souvent issus de l'immigration et une structure porteuse du projet : la MJC du Chambon Feugerolles. Le directeur, Jean-Patrick Destrée, souhaite que les jeunes de La Romière s'investissent dans un travail de recherche et retracent le chemin de leurs grands parents ; l'idée est de leur faire rencontrer différentes personnalités, de la résistance, de l'armée, des historiens..., de leur faire découvrir le contexte dans lequel certains anciens du quartier avec qui ils n'ont jamais parlé, ont joué un rôle primordial, au nom de la liberté et de la lutte contre le fascisme. C'était aussi l'occasion d'échanger dans leur propre famille, de comprendre, pour certains que si cette page d'histoire n'avait jamais été évoquée, la raison était liée au manque de choix pour beaucoup d'entre eux et du manque de reconnaissance de leur rôle après guerre. Car l'oubli et le silence s'étaient imposés. Il était temps pour ces trois générations de partager la parole et de confondre les questions et les réponses.

Malheureusement, dans ce projet, les enjeux des adultes ont produit l'effet inverse. Chacun a suivi sa logique, a imposé son point de vue.

Le devoir de mémoire a été respecté chez les jeunes. Ils ont traversé des phases de découverte, d'apprentissage. Ils ont écouté, interrogé mais pas vraiment débattu. Ce ne sera que trois ans plus tard au cours du dernier débat, lors de la sortie du film qu'ils ont véritablement partagé la parole.

Les aléas du projet

L'objectif global de ce projet, initialement, était la réalisation d'un film retraçant l'histoire des « Indigènes » du Chambon Feugerolles ( avant la sortie du film sur le même thème avec Djamel Debbouze). Mais il y a eu de vraies difficultés à faire concilier Les objectifs de chacun des acteurs du projet qui différaient selon leur place dans le projet et selon le discours qu'ils véhiculaient. Plus des difficultés financières mettant pour plusieurs mois le projet en stand by. La commune ne soutient pas l'initiative en raison de la personnalité des porteurs du projet, tant au niveau de la MJC que de l'éducateur qui l'a initié. Les jeunes, pour leur part, participent à des réunions et des rencontres avec des anciens combattants, des résistants, des historiens, des profs... ils vont au musée de la Résistance, cherchent sur Internet l'histoire de la bataille du Monte Cassino et interrogent leurs familles. Cette histoire les bouleverse, ils sont un petit groupe (12 garçons et filles entre 14 et 17 ans) et ne construisent leur point de vue qu'avec ce que leur apportent les adultes qu'ils rencontrent. Mais ils n'en parlent pas avec d'autres copains. L'histoire est restée sous silence depuis trop longtemps, alors à quoi bon remuer le passé !

Un voyage et une rencontre qui font déclic

En 2006, ils partent en Italie, rencontrent l'armée et l'ambassadeur, grimpent sur le Monte Cassino et vont déposer une gerbe de fleurs avec Mr Lo Presti, le commandant qui a accompagné ces bataillons d'Afrique du Nord et s'est battu à leur côté. A ce moment, les jeunes, âgés de 2 ans de plus (et à 17 ça compte !) basculent dans une autre façon de se comporter, de penser, mais aussi d'échanger. C'est un électrochoc de « 100000 watts d'émotions ». Ils échangent, mènent toute une réflexion sur ce qui s'est passé ensuite, après la guerre, le blanchiment de l'armée de libération en 1944, le manque de reconnaissance officielle et l'exclusion à laquelle ils sont confrontés tous les jours parce que d'origine d'Afrique du Nord et tentent de comprendre pourquoi leurs familles n'ont jamais rien revendiqué.

Rachid Guecham, l'éducateur qui les accompagne les convainc de créer une association « Les Enfants de la Mémoire ». Mais le film de gilles Châtelard, n'est toujours pas réalisé, faute de financement. Sa réalisation définitive nécessite encore une aide financière subventionnée. L'Acsé (Action nationale pour la cohésion sociale et l'égalité des chances, services de l'Etat) versera cette subvention mais avec un objectif pédagogique précis : la transmission aux plus jeunes de cette aventure et un débat avec les habitants du quartier où seront invitées les personnalités qui ont permis au groupe la reconstitution du puzzle.

Un débat inhabituel

Dans une salle de spectacle vouée à la démolition, pour raison de restructuration du quartier, 195 personnes assisteront à la projection du film. Les jeunes sont tous là, ils lancent le débat ; Théo Vial Massat, chef de la Résistance de tout le département de la Loire viendra du Sud de la France pour les remercier, les écouter et répondre avec eux aux questions de la salle. Mr Lo Presti sera également présent, ainsi que de nombreuses personnalités, des personnes maintenant âgées. Les Habitants de la Romière sont également au rendez-vous.

Les jeunes n'ont pas laissé les adultes qui les ont accompagnés pendant trois ans prendre la parole à leur place. Ils ont acquis les moyens suffisants pour échanger à égalité avec des personnes qui ne sont ni de leur âge, ni des mêmes origines géographiques et n'ont pas forcément les mêmes opinions qu'eux quant à l'après-guerre. Ils n'ont pas été dupes non plus quand le maire (alors au démarrage de sa campagne municipale) leur a promis de passer à la TV (lui qui souhaite particulièrement le « blanchiment du quartier !).

Le débat qui devait durer au maximum 1h30 à deux heures a duré plus de 4h, avec jusqu'au bout dans la salle des jeunes de leur âge, des habitants du quartier et des personnalités de la résistance ou de l'armée.

Il a fallu trois années complètes, un soutien financier des collectivités, une structure porteuse du projet pour qu'au final la parole soit partagée au sens le plus noble du terme. Comment transmettre ce travail de longue haleine pour que d'autres s'en saisissent ? Plusieurs projets existent autour de la mémoire, d'un quartier, d'un groupe de population, d'un métier mais il faut du temps pour que les plus éloignés des débats et discussions se saisissent de leur histoire, la racontent et la partagent avec d'autres. Le film « Les Enfants de la Mémoire » est sorti et circule dans les structures. L'association du même nom, que Rachid Guecham a créé avec les jeunes fonctionne et propose des expositions, des débats.

Il a fallu trois ans pour que la parole soit partagée !...

MJC Chambon Feugerolles

Structure fermée • Contact : Dominique Bouveau (ancienne directrice 06 09 77 12 69) • Rédaction: Dominique Bouveau

réagissez à cette page

Actus
Formations 2017
10/03/2017

Le collectif Paroles Partagées vous propose 2 formations :

1. De la parole à l'action citoyenne : Paroles partagées au cœur de l'éducation populaire.

2. Développer des alliances locales pour favoriser le pouvoir d’agir des habitants, une Formation-action, sur la méthode du community organizing "Cityzen UK".

Résultats du Concours Radio Paroles Partagées 2016
10/05/2016

Le jury du Concours Radio Paroles Partagées 2016 s'est réuni le 13 avril dernier pour désigner, parmi les 41 productions sonores proposées, les 3 lauréats de cette cinquième édition, dont le thème était : "Partager la parole, pour agir et transformer".

>> Voir les résultats

Formation 2016
10/05/2016

Vous pouvez d'ores et déjà vous inscrire aux prochaines formations qui auront lieu en juin 2016 sur le thème :

De la parole à l’action citoyenne

Paroles partagées au cœur de l’éducation populaire

>> Lire la suite

Concours Radio 2016
22/01/2016
Informations et documents concernant le prochain Concours Radio 2016. Date limite de dépôts des dossiers DIMANCHE 27 MARS 2016.
Parlement Ephémère Immaginaire International
15/07/2014
Du 3 au 14 septembre 2014, des groupes de jeunes bosniens, allemands, tunisiens, palestiniens et français se retrouvent pour une expérience politique et poétique.
Formation action Paroles Partagées 2014
25/04/2014

1, 2 et 3 juillet et 30, 1er et 2 octobre

La finalité de cette formation action est d’outiller des porteurs de projets associatifs afin qu’ils soient mieux à même de lancer ou faire évoluer des actions qui mettent la parole partagée au coeur du projet.

A l'écoute, une émission consacrée au concours radio !
10/02/2014
Emily Vallat, lauréate de l'édition 2011, reçoit Dominique Garet pour parler de la troisième édition du concours radio organisé par le collectif Paroles Partagées. Retrouvez l'émission de Radio campus Paris.
Débat public : Quel rôle peut jouer le droit dans la mondialisation ?
24/01/2014

 Jeudi 6 février 2014 à 18h à Paris


Lieu : Le Vent se lève, tiers lieu artistique et culturel,
181 avenue Jean-Jaurès à Paris 19ème
(Métro Ourcq)
Débat public avec Mireille Delmas Marty, à partir de son livre" résister, responsabiliser, anticiper" (Le Seuil, 2013)

 
Citation
Soyons les changements que nous voulons voir dans le mondeGandhi
"Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas les faire, mais parce que nous n’osons pas les faire qu’elles sont difficiles".
Sénèque
 
Actions
Paroles (mots) dites ? paroles données...
Comment une radio associative donne la parole aux jeunes (et moins jeunes) des Maisons de quartier de Dunkerque
02/02/2011
Si les échos qui nous viennent des villes comme des effluves suffocantes, aux relents nauséabonds des idéologies lugubres dans lesquelles se plaisent à puiser les grands médias, au plan local des organisations privé [...]
 
  • Recherchez
  • ok
PAROLES PARTAGEES | contact@paroles-partagees.org