accueil > Les actions > Actions de terrain > A nous de voir

A NOUS DE VOIR
Journée du film scientifique

Date : 26/07/2008 Région : Grand Sud Est / Thème : Partage de savoir / Public : Adultes

Une manifestation qui s'appuie sur des soirées thématiques et la présentation de films scientifiques et permet à des gens d'horizons différents de parler et mieux comprendre des réalités scientifiques. Cela se passe dans le Rhône, dans un secteur fortement marqué par des entreprises industrielles et chimiques.

Origine et contexte de l'action

Il y a 22 ans, des membres de la MJC d'Oullins (banlieue sud ouest de Lyon et zone industrielle de Feyzins) décident de créer un festival cinématographique autour des questions scientifiques. Fervents défenseurs de l'éducation populaire, syndicalistes et pour plusieurs d'entre eux appartenant au comité d'entreprise de l'usine UGINE KUHLMAN, devenue aujourd'hui ARKEMA, ils bénéficient d'une aide financière conséquente leur permettant, initialement, de réaliser des expositions d'information générale. A cette période plusieurs catastrophes et problèmes liés aux usines chimiques interrogent la population. Peu de projets existent autour de ces questions en France. Ils rencontrent l'équipe du festival de Palaiseau (festival de films scientifiques) et font le choix du cinéma avec un but initial de transmission des connaissances.

Au départ, deux axes dans ce projet : la diffusion de films scientifiques et une compétition de films produits en région, films professionnels. Depuis 10 ans, une nouvelle équipe s'occupe du festival. Cette fois, elle est composée de salariés de la structure mais aussi toujours de bénévoles et d'administrateurs de la MJC. Il y a un véritable travail de coordination et de lien entre le projet de l'association et le festival, événement particulièrement important rythmant la vie de la maison et nécessitant, du point de vue de son développement, une coordination importante. Cette nouvelle équipe réinterroge le projet dans sa pertinence et dans la place qu'elle accorde au festival, au regard de l'éducation populaire, de sa responsabilité culturelle et du débat citoyen. Comment considère-t-on le film ? Comment fait-on pour amener les gens à être acteurs du débat ? Par rapport à la médiation scientifique, comment sortir de la transmission du savoir ? quel est l'espace de mise en débat et les enjeux pour la société ? Comment peut on aussi entrer dans la réflexion à partir de la diffusion du film, dit « scientifique » ?

« La science nous entoure avec des « vrais-faux » débats politiques et le festival a aussi pour objectif que le citoyen se réapproprie ces débats. Plutôt que de transmettre uniquement des savoirs, les logiques sont inversées et l'approche est à la fois historique, politique, épistémologique, économique mais aussi culturelle, le débat sur la science doit être argumenté et distancé. » nous dit Grégory Mouret. « Mais pour que cette médiation culturelle nourrisse un débat sur la science, il est tout aussi important que le film soit oeuvre cinématographique. On est du côté du point de vue et non dans une certitude annoncée. Le fait d'avoir le point de vue du réalisateur permet d'avoir un regard tiers sur le sujet et on va poser un regard sur l'objet scientifique, on est déjà dans le débat. »

L'atelier lecture d'image, déroulement de l'action

L'action se déroule tant en amont qu'au cours du festival lui-même. 70 bénévoles travaillent avec l'équipe des salariés pour la réalisation du festival, dans sa globalité ; festival qui voit passer chaque année environ 5000 personnes.

Le festival se découpe entre les soirées thématiques, le concours du film scientifique et l'atelier lecture d'image :
- Sur une journée complète les spectateurs vont regarder et analyser ensemble les films qui seront diffusés. Parmi ces spectateurs, il y aura des scientifiques, des réalisateurs cinématographiques. Ceux-ci n'ont pas pour mission de faire des conférences à propos des sujets abordés, mais de donner leurs éclairages au cours de chacun des débats et n'ont pas un temps de parole privilégié par rapport au public. - Le travail en amont de préparation de cette journée, se fait avec les cinéastes, les scientifiques, les bénévoles et les salariés. C'est déjà un premier espace de paroles partagées. Dans le choix des films à projeter, se pose le choix pour la recherche publique et pour des films indépendants, avec en amont cette interrogation sur les enjeux qui seront au coeur même des débats.
- Les membres de l'équipe du festival vont devoir eux-mêmes faire le chemin qu'ils proposeront au public lors de l'atelier de lecture d'image. Mais comment amorcer un débat avec 300 spectateurs parmi lesquels chacun d'entre eux vient pour des raisons différentes avec des points de vue parfois déjà bien arrêtés et différents également de celui des autres ?

Le public, composé maintenant de beaucoup d'habitués, a identifié depuis longtemps que cette journée procède à la construction d'un véritable espace de paroles partagées : « Le spectateur finit toujours par poser la question qui l'agace ! ». L'absence de conférence désacralise la science et le scientifique tout comme le cinéaste et le film. C'est pourquoi il est primordial et incontournable que chaque année le tryptique (public, cinéma, science), comme la mixité (professionnels, amateurs) soient réunis sur cette journée. C'est ce qui permettra, in fine, au public de s'approprier des clefs de lecture qui seront les siennes et n'auront pas pour objet de lui faire changer d'avis, mais bien de comprendre pourquoi il s'est fondé cette opinion et pourquoi son voisin de fauteuil a un avis différent.

Conclusion et avenir du projet

Le festival, sous sa forme actuelle est un rendez-vous annuel important dans l'agglomération lyonnaise, dans lequel se côtoient des personnalités différentes ainsi que des partenaires variés. Pour que vive cet événement, des sponsors participent à son financement. Ce sont des boites de production cinématographique privées, des partenaires institutionnels tels que le CNRS ou certaines universités, le musée des Confluences également, ainsi que la DRAC ; des collectivités publiques telles que la Région Rhône Alpes, la commune et le département ; l'Etat par le ministère de la recherche.

La MJC d'Oullins fait partie, pour son festival, de la commission Descartes Europe ; c'est-à-dire que pour la France, les films qui sont primés lors du concours, par la commission du festival, ont le droit de concourir au prix Descartes et au prix Diderot.

Pour la communication, l'équipe du festival fait appel aux médias régionaux et nationaux ; que se soit France Inter ou la TV, ainsi que la presse écrite. Cette communication est diffusée tant auprès des médias scientifiques que cinématographiques. Mais l'entrée choisie pour le public est le cinéma.

La conséquence particulière de ces 22 années de travail autour d'une réflexion avant tout d'éducation populaire, est la création d'un lieu ressource émanant du festival. D'où l'interrogation aussi de son indépendance, par rapport à son rattachement institutionnel à la MJC. Pour certains sponsors ou partenaires financiers et institutionnels, il doit prendre son autonomie et quitter la structure. Pour d'autres, qui composent le Conseil d'Administration de l'association et qui participent à la commission de préparation du festival, il y a toujours la crainte que le succès de la manifestation prime sur le débat public.

Par ailleurs, si le festival est maintenant célèbre tant auprès des érudits que pour le spectateur « lahnda », c'est peut être parce que celui-ci a réellement son espace de « paroles partagées » !

MJC OULLINS

10 rue d'Orsel 69600 OULLINS Tél : 04 72 39 74 93

Contact :
- Pascale Bazin ; déléguée générale du festival
- Grégory Mouret ; membre de la coordination du festival

Rédaction: Dominique Bouveau

réagissez à cette page

Actus
Formations 2017
10/03/2017

Le collectif Paroles Partagées vous propose 2 formations :

1. De la parole à l'action citoyenne : Paroles partagées au cœur de l'éducation populaire.

2. Développer des alliances locales pour favoriser le pouvoir d’agir des habitants, une Formation-action, sur la méthode du community organizing "Cityzen UK".

Résultats du Concours Radio Paroles Partagées 2016
10/05/2016

Le jury du Concours Radio Paroles Partagées 2016 s'est réuni le 13 avril dernier pour désigner, parmi les 41 productions sonores proposées, les 3 lauréats de cette cinquième édition, dont le thème était : "Partager la parole, pour agir et transformer".

>> Voir les résultats

Formation 2016
10/05/2016

Vous pouvez d'ores et déjà vous inscrire aux prochaines formations qui auront lieu en juin 2016 sur le thème :

De la parole à l’action citoyenne

Paroles partagées au cœur de l’éducation populaire

>> Lire la suite

Concours Radio 2016
22/01/2016
Informations et documents concernant le prochain Concours Radio 2016. Date limite de dépôts des dossiers DIMANCHE 27 MARS 2016.
Parlement Ephémère Immaginaire International
15/07/2014
Du 3 au 14 septembre 2014, des groupes de jeunes bosniens, allemands, tunisiens, palestiniens et français se retrouvent pour une expérience politique et poétique.
Formation action Paroles Partagées 2014
25/04/2014

1, 2 et 3 juillet et 30, 1er et 2 octobre

La finalité de cette formation action est d’outiller des porteurs de projets associatifs afin qu’ils soient mieux à même de lancer ou faire évoluer des actions qui mettent la parole partagée au coeur du projet.

A l'écoute, une émission consacrée au concours radio !
10/02/2014
Emily Vallat, lauréate de l'édition 2011, reçoit Dominique Garet pour parler de la troisième édition du concours radio organisé par le collectif Paroles Partagées. Retrouvez l'émission de Radio campus Paris.
Débat public : Quel rôle peut jouer le droit dans la mondialisation ?
24/01/2014

 Jeudi 6 février 2014 à 18h à Paris


Lieu : Le Vent se lève, tiers lieu artistique et culturel,
181 avenue Jean-Jaurès à Paris 19ème
(Métro Ourcq)
Débat public avec Mireille Delmas Marty, à partir de son livre" résister, responsabiliser, anticiper" (Le Seuil, 2013)

 
Citation
Soyons les changements que nous voulons voir dans le mondeGandhi
"Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas les faire, mais parce que nous n’osons pas les faire qu’elles sont difficiles".
Sénèque
 
Actions
Les femmes et l'engagement associatif en milieu rural
100 femmes parlent de leur engagement au Foyer Rural
30/07/2013
En milieu rural, les femmes s'engagent dans la vie associative. Elles participent activement à l'animation de leur village. La Fédération des Foyers Ruraux a interrogé 100 femmes sur les raisons et la nature de leur engagement [...]
 
  • Recherchez
  • ok
PAROLES PARTAGEES | contact@paroles-partagees.org