accueil > Les actions > Actions de terrain > Passerelle de mémoires

PASSERELLE DE MÉMOIRES

Date : 15/10/2008 Région : Grand Est / Thème : Mémoire (transmission de) / Public : Familles (enfants + parents)

Sept jeunes (13 à 17 ans) d'un village de Moselle (Béchy) entreprennent un voyage en Dordogne pour retrouver les familles qui avaient accueilli leurs aïeuls expulsés pendant la seconde guerre mondiale lors de l'occupation allemande. Pour faire revivre les mémoires, ils s'entretiennent avec eux puis avec les anciens de leur village et ils rassemblent cette mosaïque de témoignages dans un film qu'ils montent eux-mêmes. Ainsi ils construisent une passerelle entre les générations, entre le passé et le présent

Historique de la démarche

Pendant la seconde guerre mondiale, les allemands ont obligé la population de plusieurs villages en Moselle à partir. Les habitants de Béchy (environ 300 habitants aujourd'hui) ont dû s'exiler en Dordogne. Jean Marie Beurton, habitant de Béchy et trésorier du foyer rural s'intéresse à l'histoire de son village, se questionne aussi sur le vécu de ses habitants et sur le destin de ces familles qui ont un jour accueilli leurs aïeuls en exil. À partir de là s'élance un projet fort : faire entrer les jeunes de Béchy au coeur de l'Histoire, de leur histoire, susciter chez eux la curiosité et le désir d'un engagement et les emmener à la rencontre de ces hôtes pour restaurer un lien distendu par le temps. Germe alors dans les esprits du Collectif « jeunes » qui existait l'idée d'un voyage auquel s'ajoute la réalisation d'un film en vue de donner une forme à cette rencontre.

Sensibilisation autour du projet et la construction des étapes

Les énergies s'associent rapidement. Le projet prend tournure et se déroule en trois phases principales : d'abord avec le soutien de Jean-Marie Beurton, une démarche de recherche historique et un travail préparatoire, puis le voyage proprement dit et ses rencontres, et enfin la valorisation des entretiens par la fabrication d'un outil pédagogique sous la forme d'un film vidéo. L'ensemble de ce projet s'échelonne sur à peu près quatre mois. Huit jeunes participent au projet global.

Au préalable l'équipe s'est régulièrement préparée aux entretiens, moments pendant lesquels un questionnaire est pensé ensemble. De la même façon, des sessions d'initiation aux techniques vidéo et de montage sont dispensés par des professionnels. Il s'agit pour l'équipe d'apprendre à récolter visuellement les témoignages, donc de savoir appréhender les rapports à la lumière, le cadrage, la position du micro et de les sensibiliser à l'approche interviewer/interviewés qui n'est pas si simple.

D'un village à l'autre

Le véritable premier pas, c'est l'immersion dans les villages de Dordogne. Pendant trois jours, sept jeunes de Béchy et deux accompagnateurs sont accueillis à la « La Chartreuse » de Saint-Aignan (association Léo Lagrange, Sud-Ouest).De là ils parcourent quelques villages alentours à la rencontre de ceux qui autrefois avaient accueilli leurs familles. Leur cheminement les mène sur les places publiques, dans les cafés, sur les marchés, et se fonde sur une démarche de rencontres aléatoires. Il avait été décidé de ne pas établir de contacts préliminaires avec les gens, mais au contraire de solliciter le hasard pour laisser la parole venir à eux et qu'elle vive sous l'impulsion de la surprise. Aller vers les gens, leur raconter le coeur du projet et les inviter à ouvrir leur mémoire. Une fois la confiance acquise, les paroles données, souvent chargées d'émotion, se sont enfilées comme des perles autour d'un collier. Les témoignages recueillis ont été filmés et enregistrés, mais également beaucoup de photographies prises sur les lieux, les maisons, les rues, les monuments. Ce sont d'ailleurs ces photographies qui seront présentées à Béchy par les jeunes sous forme d'exposé/diaporama à tous ceux qui sont un jour revenus de leur exil en Dordogne. C'est un moment si fort que les anciens de Béchy accepteront à leur tour de confier leur vécu à la caméra. L'entrecroisement de ces mémoires est l'objet du film à venir.

Les échanges pour faire le film

Les huit jeunes se réunissent pour un vrai travail de concertation car ils doivent maintenant penser la complexité et la fragilité de tous ces liens. Faire l'expérience de fabriquer le film n'est pas neutre : cela suppose la mise en commun des travaux collectés dans le cadre des entretiens ; c'est mettre en partage et en chantier leur connaissance et leur savoir-faire, autant que leur sensibilité. Il leur faut porter une attention particulière aux images, ne rien oublier et rendre compte des émotions, avec en toile de fond ces questions qui taraudent : Comment marquer les transitions entre le passé et le présent, entre les témoignages des anciens des villages de Dordogne et ceux de Béchy ? Comment exprimer la trame de ce lien vécu par les jeunes de Béchy au nom des anciens de leur village ? et faire que cela ait du sens.

C'est peut-être ce travail là qui permet à chacun d'aller au fond des choses puisqu'il s'agit pour eux non seulement de mener jusqu'au bout une réalisation collective et d'y construire une vraie réflexion, mais aussi et surtout de trouver ensemble dans le creux des silences le regard qui porte la justesse des paroles partagées. Tout doit être pensé dans les moindres détails : cibler les points forts, créer des titres et des commentaires, jusqu'au choix des morceaux musicaux, fluides supports aux émois silencieux également enregistrés dans les entretiens.

Ce premier film témoignage d'environ 20 minutes est finalement monté par le collectif « jeunes » de Béchy. Il est présenté dans le village le 22 juin 2008 lors de la fête du foyer rural et suscite énormément d'émotions.

Effets et poursuite de l'action

L'intensité de ces quatre mois pendant lesquels le projet s'est construit et réalisé est allé bien au-delà du simple fait de raconter une histoire. Ces jours, riches en relations et en rebondissements, ont déverrouillé les paroles et permis de rendre visible cette mémoire qui aurait pu ne jamais faire surface sans la pugnacité du collectif « jeunes. »

Une passerelle s'est construite pour prouver que ce qui fut ne doit pas tomber dans l'oubli, que la valeur de la parole tient à l'écoute . Ce lien restauré permet à chacun d'y retrouver du sien. Il s'est agi dans cette démarche d'un vrai travail de recherche, d'identification et de mémoire, mais aussi et surtout d'une démarche de compréhension mutuellenentre les générations Les paroles et les « écritures » de cette aventure circulent sous des formes différentes : blog, carnet de voyage, diaporama, film, ce qui permet à toutes les générations de se retrouver dans une manière d'expression, sans pour autant se sentir à l'écart. Sans à priori désormais, jeunes et anciens ouvrent leur regard respectif. Ainsi le souligne Hélène 16 ans : « Accepter l'autre dans la différence de ses opinions, savoir l'écouter et le comprendre sans être pour autant d'accord avec lui. »

Un premier temps s'achève avec une nouvelle étape en germination. L'exposé diaporama a suscité chez les anciens de Béchy le désir de témoigner à leur tour. Faute de temps et de disponibilité, seuls quelques-uns d'entre eux ont été interviewés à cette occasion. C'est pourquoi le collectif, maintenant soudé, envisage de compléter le reportage vidéo avec de nouveaux témoignages. Ils veulent également améliorer la qualité du film avant de retourner le présenter dans les villages de Dordogne. Enfin ils envisagent de présenter ce même film dans les écoles de Lorraine et de Dordogne, afin qu'il serve de support pédagogique aux instituteurs, et par cet exemple favoriser une exploration de plus grande ampleur. Comme le dit Matthias 12 ans : « Le foyer développe le village ». Cette conscience du rôle du foyer rural dans la dynamique du village renforce, chez les jeunes notamment, le désir de participation et d'engagement. C'est aux responsables associatifs de continuer à les guider.

Foyer rural de Béchy (Moselle)

rue du Stade 57580 BECHY 09 75 70 60 11 • contact : Véronique Michel, présidente 06 14 70 00 26 • Rédaction : Loraine Melin •  Recueil des informations : Nora Boukhelifa

réagissez à cette page

Actus
Formations 2017
10/03/2017

Le collectif Paroles Partagées vous propose 2 formations :

1. De la parole à l'action citoyenne : Paroles partagées au cœur de l'éducation populaire.

2. Développer des alliances locales pour favoriser le pouvoir d’agir des habitants, une Formation-action, sur la méthode du community organizing "Cityzen UK".

Résultats du Concours Radio Paroles Partagées 2016
10/05/2016

Le jury du Concours Radio Paroles Partagées 2016 s'est réuni le 13 avril dernier pour désigner, parmi les 41 productions sonores proposées, les 3 lauréats de cette cinquième édition, dont le thème était : "Partager la parole, pour agir et transformer".

>> Voir les résultats

Formation 2016
10/05/2016

Vous pouvez d'ores et déjà vous inscrire aux prochaines formations qui auront lieu en juin 2016 sur le thème :

De la parole à l’action citoyenne

Paroles partagées au cœur de l’éducation populaire

>> Lire la suite

Concours Radio 2016
22/01/2016
Informations et documents concernant le prochain Concours Radio 2016. Date limite de dépôts des dossiers DIMANCHE 27 MARS 2016.
Parlement Ephémère Immaginaire International
15/07/2014
Du 3 au 14 septembre 2014, des groupes de jeunes bosniens, allemands, tunisiens, palestiniens et français se retrouvent pour une expérience politique et poétique.
Formation action Paroles Partagées 2014
25/04/2014

1, 2 et 3 juillet et 30, 1er et 2 octobre

La finalité de cette formation action est d’outiller des porteurs de projets associatifs afin qu’ils soient mieux à même de lancer ou faire évoluer des actions qui mettent la parole partagée au coeur du projet.

A l'écoute, une émission consacrée au concours radio !
10/02/2014
Emily Vallat, lauréate de l'édition 2011, reçoit Dominique Garet pour parler de la troisième édition du concours radio organisé par le collectif Paroles Partagées. Retrouvez l'émission de Radio campus Paris.
Débat public : Quel rôle peut jouer le droit dans la mondialisation ?
24/01/2014

 Jeudi 6 février 2014 à 18h à Paris


Lieu : Le Vent se lève, tiers lieu artistique et culturel,
181 avenue Jean-Jaurès à Paris 19ème
(Métro Ourcq)
Débat public avec Mireille Delmas Marty, à partir de son livre" résister, responsabiliser, anticiper" (Le Seuil, 2013)

 
Citation
Soyons les changements que nous voulons voir dans le mondeGandhi
"Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas les faire, mais parce que nous n’osons pas les faire qu’elles sont difficiles".
Sénèque
 
Actions
Les enfants de la mémoire
06/10/2008
Un projet de film impliquant des jeunes sur la mémoire des combattants nord africains se heurte à de multiples méandres mais aboutit au final à créer un temps de débat exceptionnel. Cela s'est passé au [...]
 
  • Recherchez
  • ok
PAROLES PARTAGEES | contact@paroles-partagees.org